AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum Invité <3
People AlwaysLeave a ouvert ses portes le 16 juin 2018.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
SI TU VEUX AVOIR DES RENSEIGNEMENTS OU FAIRE UN PERSONNAGE OTH
C'EST ICI QUE TOUT CE PASSE (ouvert aux invités) : JUSTE LAAAAA !
Hey, Invité, qu'est-ce que tu dirais de faire cramer de vieux objets ?
LE FESTIVAL DE BRULE BATEAU T'ATTEND.

 

 Forgetting or forgiving? [Andraël]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Sam 2 Déc - 13:12

J’enchainais les boissons depuis une heure maintenant avec Evan à mes côté. Cela faisait presque deux semaines que je bossais dans le bar après avoir abandonné Raph il y a un mois de ça approximativement. Au début j’étais vraiment mauvais, ne sachant pas préparer les boissons ni rien. Mais au final je m’en sortais pas mal. Et puis après tout j’étais surtout engagé pour maintenir Evan en vie après qu’on l’a menacé. Rester derrière le bar avec lui me permettais de garder un œil sur lui également. D’ailleurs j’étais content qu’il suive mes instructions. J’allais en sale lui restait derrière le bar, je lui avais aussi interdit de boire des boisson qu’on lui offrait ou de bouteilles qu’il avait lâché des yeux. Vive l’empoisonnement. En tout cas un flingue était caché derrière le bar au cas où, et un autre dans la salle. Mais jusque-là tout restait calme. Juste beaucoup…. Beaucoup de clients.

J’essayais du mieux que je pouvais d’aider Evan depuis derrière le bar. Commande après commandes j’avançais dans la soirée. J’essayais aussi de garder un regard sur la foule de ce soir histoire de voir des comportements suspects ou autre. Mais rien à signaler. Je descendis à un moment dans la réserve pour aller chercher un autre cassier de bières en bouteilles, n’en ayant presque plus en haut. Naturellement je ne trouvais pas celles qui fallait et je reste presque dix minutes à chercher la bonne marque. Une fois dégotée je remontais contente de moi. Au moins je savais ce que je cherchais et je n’avais pris que dix minutes à les trouver. Une fois en haut je rangeais les bouteilles avant de me redresser et évaluer ce que je pouvais faire. Le nombre de commandes avait diminué et Evan gérait les restantes. Je lançais alors un coup d’œil à la salle pour voir si des tables devaient être débarrassées. Mon regard accrocha alors quelque chose et je restais figé sur place. Une silhouette. Une silhouette connue.

Les mêmes cheveux noirs que dans mes souvenirs, le même sourire que la dernière fois… Je secouais la tête et me retournais face au mur avec les bouteilles d’alcool pour reprendre mes esprits. Que faisait Raphaël ici. Je baissais alors le regard pour contempler ma tenue. Une chemise rouge noir à carreaux, laissé ouverte sur un t-shirt noir. Les manches retroussées et un jeans usé. La barbe que j’avais laissé pousser était bien garnie sans pour autant en faire trop. Ca changeait du look que j’abordais à l’ambassade. Je tournais la tête et jetais un regard vers lui. Il semblait être en bonne compagnie vu comme il riait avec le mec qui semblait l’accompagner. Je déglutis avant qu’on me rappelle à l’ordre pour aller débarrasser des tables. Je hochais la tête et m’exécutais. Evan m’avait regardé suspicieux mais j’avais secoué la tête. Non rien à signaler de dangereux. M’emparant d’un bac je me lançais alors dans la salle, évitant l’endroit où était Raph, et commençais à débarrasser des tables au fur et à mesure que je passais entre les gens. Mais que foutait-il ici ?

Bien sur que j'avais reçu son message il y a une semaine de ça mais au final je n'avais jamais répondu. A quoi bon? c'était fini. D'une manière horriblement douloureuse mais finis quand même. Et pourtant mon cœur battait la chamade.

@Raphaël Müller
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Sam 2 Déc - 13:55


Forgetting or forgiving

Raphaël Müller & Andrew O'Connel


Pas de réponses... Pas de nouvelles... Un mois sans aucunes idées sur la situation d'Andrew. Après son départ, mon père m'avait placé sous la protection d'un autre garde du corps. Joseph était un chic type mais... Il n'était pas Andrew... Il n'était pas celui que j'avais aimé et que même à présent je continue d'aimer comme un fou. J'en faisais des insomnies, et le travail et ma famille m'aidait à rester à flot. Mais pour combien de temps...?
Ce soir, voyons que ma dépression ne faisait que croître, Joseph avait décidé que nous devions sortir. Il m'avait dit qu'il connaissait un endroit sympathique où nous pourrions prendre un verre dans un endroit calme. Evidemment, pour ne pas le vexer, j'avais accepter et voilà que je me retrouve dans un bar avec mon garde du corps et d'autres personnes n'ayant pas franchement remarqué ma présence ici.

Je sirotais avec une bière en l'écoutant parler. Mes bavardages incessants dont j'avais le secret, avaient depuis un mois laisser place à un silence. C'était incroyable qu'un homme que je n'étais destiné à aimer autant ait eu un si grand impact sur ma vie et moi. Même après un mois c'était toujours aussi dur de penser à lui, d'en parler. Rien que de passer devant la chambre qu'il occupait à l'Ambassade me provoquait un pincement au coeur. 

Ce n'était pas pour autant que je n'écoutais pas mon actuel garde du corps, qui agissait un peu comme un grand frère pour moi. Il me racontait une de ses nombreuses "histoires, une qui venait à me faire rire.

- Et c'est là que je me suis retrouvé avec un bébé dans les bras, pas le mien et que ma petite-amie a cru que je l'avais trompé. Tu te rends compte... Mais bon tu sais les femmes... On peut pas vivre avec, ni vivre sans!

Quand je pense que j'étais destiné à sortir ce genre de discours, mais qu'au fond la phrase correct serait "les hommes, on ne peut vivre sans, ni vivre avec eux"... C'est alors que Joseph leva son bras pour interpeller un serveur qui venait de passer non loin de nous. Je me mis à lever la tête pour l'aider à attirer l'attention du dit serveur... Mon coeur rata un battement. Le serveur en question... C'était Andrew, j'en étais sûr, je pourrais le reconnaître avec très peu d'informations... Il n'avait certes pas la même allure qu'à l'ambassade mais il n'en restait pas celui que j'aimais.
Je secoua la tête, il devait m'avoir oublié depuis tout ce temps. Peut-être avait-il même retrouvé l'amour dans les bras d'un autre homme. Rien que de penser ça, j'en avais mal au coeur.


Code by Fremione.



Dernière édition par Raphaël Müller le Sam 16 Déc - 0:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Sam 2 Déc - 15:28

Je ne savais pas ce qu’il foutait ici. Sincèrement pourquoi ? Pourquoi ce soir ? Je n’avais jamais répondu à son message, il m’avait peut être fait suivre et décidais de se venger en me suivant partout et ne me torturant ? Ou alors c’était le Karma ? Dans tous les cas lui semblait aller bien. Tant mieux. Au moins il était sain et sauve même sans moi. Un moi quasi qu’on ne s’était pas vu et ce n’est que maintenant que je me rendais compte à quel point je mentais quand je disais que ça allait. Que je disais que j’arrivais à faire face au manque. Le voir rire me faisait me rendre compte à quel point il m’avait manqué. Mais je prenais sur moi et fis le tour de la salle tranquillement, concentré sur ma tâche jusqu’à ce que…

Pourquoi j’avais lancé un coup d’œil vers eux ? Pourquoi ?! J’avais capté le regard de l’accompagnant de Raph qui en avait profité pour me faire signe. Hé merde ! Je m’approchais alors sans croiser le regard de mon ancien protégé. Je m’avançais alors et me plantais devant le gras, mon bac avec les verres et bouteilles vides entre nous.

« Oui ? »


« Mon ami et moi aimerions une autre bière ! »


La bonne humeur de ce gars me donnait envie de vomir. Un mois que j’avais quasi plus fait de blague, un mois que j’étais sur la dérive et lui sortait ce soir avec Raph comme ça, transpirant la joie et la bonne humeur. Ce gars avait un poste génial, un protégé encore plus génial et bien des raisons d’être de bonne humeur. Moi je n’avais plus rien de ça. Je me mordis l’intérieur de la joue et hochais simplement la tête, tournant les talons pour aller derrière le bar. Je passais la commande à Evan avant de ranger les verres sales et les bouteilles vides. J’avais quand même appris pas mal depuis que je bossais ici. Au final je repartis avec un plateau chargé de boissons. Tactiquement je décidais de déposer les bières de Raph et son « ami » en premier. L’appellation me donnait la nausée. Je déguerpissais assez rapidement et allait déposer les autres boissons. Si j’allais devoir les supporter toute la soirée j’allais devoir prendre sur moi. J’hésitais alors à envoyer un sms à Clément. Au final je décidais que non. L avait assez de boulot comme ça, et puis je l’avais déjà bien assez dérangé la dernière fois. Autant ne pas continuer à le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Sam 2 Déc - 16:12


Forgetting or forgiving

Raphaël Müller & Andrew O'Connel

Joseph se faisait passer pour un ami pour couvrir sa situation. Mon coeur se brisa encore un peu plus quand je remarqua que mon ex petit-ami ne me jeta même pas un regard. Je baissa la tête sans décliner un seul mot, j'essayais de me calmer, ne pas craquer, pas ici, pas maintenant... Pas devant eux ou devrais-je dire devant lui. Je le regardais partir pour chercher la commande. Joseph lève sa bière pour trinquer avec moi, tandis que j'essayais de lui rendre son grand sourire en l'imitant dans ses gestes. Mais tout sonnait faux chez moi. Je soupirais longuement en buvant une nouvelle gorgée de cette bière. Ma main se crispa sur la surface en verre qui contenait l'alcool que je buvais. J'étais en colère et tristesse, mais encore plus qu'avant. J'aurai préféré qu'il refuse la commande ou qu'il m'insulte de tous les noms, qu'il m'ignore. 
Depuis quelques temps j'avais l'impression d'entendre une petite voix dans ma tête qui me répétait sans cesse que je n'étais rien... Que je n'étais qu'un fauteur e trouble dans la vie des gens et que je servais qu'à faire du mal à mes proches. Cette voix... C'était la mienne, celle qui me suivait dans mes nuits sans sommeil, dans mes journées moroses. Je masquais ma peine... Je masquais l'épave que j'étais devenu; tout était bon pour sauver le navire même s'il coulait comme le Titanic.

Je continuais à discuter avec Joseph tout en lançant quelques regards, finissant au passage ma boisson. Le téléphone de Joseph se mit alors à sonner, il se lève et va dehors un instant pour prendre l'appel me disant de rester dans le bar. Un long soupir s'échappa de ma bouche. Je pris les cadavres de bières et les ramène au comptoir. Bien évidement c'était Andrew qui était devant moi. Je le regarda et essaya de parler mais ce n'était qu'une voix cassée qui démontrait d'une blessure émotionnelle qui sortait de ma gorge.

- Combien... Combien je vous dois?


Je mordais ma langue pour ne pas craquer et garder la tête haute. Je ne souriais pas, ne faisant que le regarder.
Code by Fremione.



Dernière édition par Raphaël Müller le Sam 16 Déc - 1:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Dim 3 Déc - 16:20

Je ne savais pas comment régir face à cette situation. Putain mais qu’est-ce qu’il foutait là ? Avec un autre gars en plus ! Bien sur l’idée que ça puisse être le nouveau garde du corps de Raph me traversa l’esprit, c’était même la solution logique. Ou du moins celle faisant le moins mal. En tout cas si c’était juste un ami, son nouvel observateur faisait très mal son boulot ! Pas que Raphaël ne soit pas grand assez pour sortir seul, mais après ce qui était arrivé à son autre sœur en Amérique… Est-ce qu’il passait de l’aussi bon temps avec ce gars qu’avec moi ? Pourquoi il rirait ainsi à ses paroles ? Voir cette scène me renvoyais en plein fouet ce qu’avait été mon quotidien. Le voir rire avec d’autres, le voir interagir avec d’autres et devoir moi, rester froid, distant. Ne pas le toucher, ne pas lui sourire, ne pas… Ne pas pouvoir être proche de lui.

Evan me ramène à la réalité me sermonnant en riant comme quoi le verre que j’essuyais était sec depuis longtemps. Je baissais alors les yeux sur le verre que je tenais et rigolais, le posant avec les autres en m’excusant. Mon patron me tapota juste une fois sur l’épaule et me dit qu’il allait faire l’inventaire maintenant que ça s’était calmé. Je hochais alors la tête continuant à essuyer les verres et les ranger dans l’étagère derrière moi. Jusque-là j’avis réussis à tenir mon regard éloigné de Raphaël. Mais naturellement il fallut qu’en me retournant, après avoir déposé un verre, je me retrouve face à lui. Je sursautais légèrement de surprise le regardant interdit, mon regard croisant le sien pour la première fois de la soirée et ma respiration se bloquant. Je restais interdit alors qu’il me demandait le prix des consommations. Quatre bières donc. Je grinçais des dents à l’idée qu’il ait partagé ça avec un autre homme, mais je ne pouvais plus rien dire.

« Ça fera dix pounds, s’il te plait. »

Je ne l’avais pas vouvoyé, je ne vouvoyais jamais les clients. Je retournais à ma tâche avec les verres, lui laissant le temps de chercher son argent. La question m’échappa alors malgré moi, en même temps que je relevais mon regard vers lui.

« Ton travail à rendre a été au final ? »


En effet au moment de le quitter il bossait sur un travail à rendre pour un de ses cours de stylisme. Je me souvenais que ça n’avait pas semblé simple à faire. Mais je me rendais bien compte que c’était déplacé come question surtout au vue de notre situation…

« Pardon, je… c’était déplacé. »

Je rebaissais alors les yeux sur mes verres le regard fuyant. Un mois que je m’interdisais de penser à lui, un moi que je refoulais toutes ces pensées… Et aujourd’hui je me rendais copte combien je savais sur lui, combien j’avais retenu… Combien il avait pris de la place dans ma vie et dans mes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Dim 3 Déc - 18:07


Forgetting or forgiving

Raphaël Müller & Andrew O'Connel

J'écouta alors ce qu'il me demanda et glissa ma main dans mon porte-monnaie pour lui donner l'argent que je lui devais. Je fus étonné qu'il me demande si mon travail en stylisme c'était bien déroulé. Je relève alors la tête vers lui. J'avais des frissons rien qu'à poser les yeux sur lui ou bien bloquer mon regard dans le sien. Andrew s'excusa de suite en rabaissant les yeux vers les verres. M'éviter... Cela me faisait mal...
Je soupire en posant la monnaie sur la table, tout en répondant à sa question. Négligeant au passage ses excuses.

- Ça été. Les croquis ont beaucoup plut et l'intervenante m'a conseillé de prolongeant le travail autour du sujet. Merci de t'en inquiéter...

Une fois que l'argent fut pris par lui. Je me retourna... Mais contrairement à ce qu'on pouvait s'attendre je ne sortis pas de suite. Je partis dans les toilettes, j'avais besoin de relâcher la pression, je sentais les larmes revenir doucement et m'isoler était une des meilleures choses à faire. Je marcha vite vers les toilettes et y entra. Je me passa de l'eau sur le visage, soufflant doucement. Je me regardais dans le miroir, j'avais envie de pleurer sans retenue, de crier, de taper dans tout ce que je voyais. 
Par la même occasion, Joseph m'envoya un message pour me prévenir qu'une de ses collègues avaient un soucis très grave et qu'il devait lui venir en aide. Je répondis à son message en lui disant que je restais dans le bar, à l'abri.

Après quelques minutes, je me dirigea de nouveau vers la salle principale mais un type entra. Il n'avait pas l'air clean et sans le vouloir je le bouscula. Il se retourna.

- Hé toi! Tu te prends pour qui pour me pousser comme ça?! Tu veux te battre c'est ça?!


Je recula alors tandis que celui-ci me prit par le col et le claqua contre le mur des toilettes. Le type sortit alors un revolver et le pointa sur ma tempe.
Je fera les yeux et me crispa. Allais-je mourir? Ici? Sans n'avoir rien dit de plus à qui que se soit?
Code by Fremione.



Dernière édition par Raphaël Müller le Sam 16 Déc - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Dim 3 Déc - 22:29

La question m’a échappé malgré moi. Il avait semblé assez inquiet pour son projet et je n’avais pas oublié à quel point il tenait à ses études. Mais elle restait déplacée. Et pourtant il répondit. Je relevais la tête vers lui, le regardant interdit. Je ne savais pas comment prendre sa réponse. Son ton n’était ni jovial, ni ironique, ni sincère, ni colérique, ni… Tout ce que j’avais comme indice concernant son état d’humeur était ce petit soupir avant de répondre. Un soupir de quoi ? Soulagement ? Résignation ? Agacement ? Peut-être qu’il ne voulait plus rien à voir avec moi et que ça le faisait chier de me voir ici ? Peut-être qu’il voulait juste m’oublier ? Peut-être que je l’exaspérais… l’idée aurait dû me laisser indifférent, mais elle ne le fit pas. Bien au contraire je me torturais intérieurement à savoir… A comprendre.

Alors que je voulais répondre quelque chose attira mon regard. Quelqu’un plus exactement. Un gars à l’air louche et pas commode. Je me raidis directement. Merde il était là pour Evan ? Alors que je voulais reporter mon attention sur Raphaël pour… Je ne sais même pas pourquoi… Le prévenir de se mettre à l’abri ? vielle habitude certainement. Je vis que ce dernier avait disparu. Scannant la salle je le vis entrer dans les toilettes. Je soupirais, me disant que la confrontation était terminée, qu’il allait certainement s’en aller avec son nouvel ami. Secouant la tête je me reconcentrait sur le gars. Ce dernier s’était approché du bar au moment où Evan était revenu. Ce dernier n’avais pas besoin de moi pour caper que le mec était louche, par contre il n’avait pas raté que ma main était passé sous le comptoir discrètement à l’endroit où était rangé mon flingue. La commande que passa le mec était bourrée d’injures et de propos peu sympathique, mais pouvait se résumer à une bière.

Je gardais discrètement le gars dans le champ de vision. Soit il était là pour mon patron, soit pour foutre de la merde. Dans les deux cas il allait devoir bouger ou se frotter à moi. Bière sifflé, claque mise aux fesses d’une cliente il se dirigea vers les toilettes. M’emparant alors du flingue je laissais Evan s’occuper de calmer la fille et suivais le gars. Il était louche et devait clairement quitter cet endroit. Je me raidis en entendant le gars élever la voix dans la pièce d’eau – il n’était donc pas seul, moi qui voulait ne pas impliquer des gens c’était fichu. Chargeant le flingue je poussais alors la porte et me raidit d’un coup. J’avais totalement oublié Raphaël, concentré sur ma tâche et sur le gars. Mais la scène qui se déroula sous mes yeux me fit l’effet d’une claque en pleine tronche. Raph… Maintenus contre un mur, un flingue pressé contre la tempe et ce gros con face à lui. Sans réfléchir j’avance alors de deux pas.

« Hé ! A ce que je sache il ne t’as rien fait, alors lâche-le immédiatement ! »



Je n’avais pas levé mon flingue, mais il était bien visible dans ma main. Par contre mon ton était menaçant et mon regard devait être sombre. Chaque muscle était crispé et j’étais prêt à agir au moindre geste du mec. Ce dernier s’était tourné vers moi et avait jette un regard à mon arme avant de me sourire et de lancer d’une voix narquoise.

« Oh regarde-moi ça… Superman à la rescousse ? Tu vas faire quoi si je fais ça ? »

Il pressa alors son flingue un peu plus contre la tempe de Raphaël et malheureusement pour lui il ne m’en fallut pas plus. Avec des gestes rapides je tirais à côté de lui et il e le reflex attendu de se presser contre Raph pour être hors de la portée du tir et je profitais de ces quelques secondes d’inattention pour me jeter sur lui.

« DEHORS ! »

L’ordre était crié à Raph toujours contre le mur alors que je tirais le type à peine deux pas plus loin et que je lui collais mon poing dans la gueule. Malheureusement il n’était pas s’en reste. Autant j’étais musclé, autant lui était assez lourd et costaud. Mais je tin bon. Je réussis à prendre le dessus et lui prendre son flingue. Le seul hic, une fois en main je us pris de surprise. C’était un jouet… un simple jouet… Je levais alors le regard vers le gars, mais trop tard. Avec un coup d’épaule il me balança sur le côté et puis ce fut moi plaqué contre le mur qui me ramassait des coups de poing. Bien vite il tenta d’arracher mon arme mais j’essayais de résister. Le coup partit de lui-même, canon dirigé vers moi, c’est ma cuisse qui prit le tour. Un cri m’échappa naturellement mais l’adrénaline faisait que je ne me laissais pas abattre. Plus par instinct qu’autre chose je lui donnais un coup de tête avant de lui envoyer mon point en plein figure. Ma jambe valide se plia et je lui plaçais un coup de genoux aux burnes, ce qui le fit lâcher pris sur le flingue. Je tirais alors un coup d’avertissement qui lui effleura l’oreille et ça eu l’effet de le faire se reculer, à quatre pattes au sol. Malheureusement il n’irait pas loin. Evan dans l’embrassure de la porte tenait un autre flingue. Et le gars se retrouva coincé entre nous.

Mon patron m’appris que le bar avait été évacué après les premiers coups et les secours avaient étés appelés. Je hochais alors la tête et restais adossé contre le mur, gardant mon flingue pointé sur le con par terre. L’adrénaline commençait à retomber et la douleur faisait trembler ma jambe. Essoufflé je parvins à articuler :

« Raph… Un gars, cheveux noir, plus petit que moi… Portait une chemise class. Il … il était ici… Il est indem ? »


Pitiez, faites qu'il n'ait rien!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Dim 3 Déc - 23:09


Forgetting or forgiving

Raphaël Müller & Andrew O'Connel

Je pensais vraiment que s'en était fini de moi... Que j'allais rejoindre mon autre soeur au paradis. Le type m avait attrapé par la gorge et serré légèrement mon cou. Cependant il n'en fut rien, j'entendais alors une voix s'énervait contre mon agresseur. J'ouvris alors les yeux et vis Andrew, une arme à la main venait me porter secours. Une bagarre commença entre les deux hommes. Andrew réussit à déstabiliser l'homme pour que je puisse me défaire de son emprise. Je le poussa et sortis des toilettes totalement en panique. Je me dirigea alors vers celui qui semblait être le gérant du bar. Je le préviens de ce qui se passait en étant toujours inquiet de l'état d'Andrew. Mais si j'y allais cela pouvait ne pas être bénéfique pour lui.

Le gérant appela alors la police à qui il n'en fallait pas plus pour arriver sur les lieux de l'altercation. Les policiers avaient aussi fait évacué la zone et avaient bien vite rejoint Andrew et le patron pour gérer ce malade. Une équipe médicale à aussi été rameuté a l'intérieur. Pour ma part je restais dehors et tournais en rond en attendant d'en savoir plus. J'étais sous tension... a cause de moi tout pouvait arriver à Andrew. Je me sentais misérable...

Puis les policiers sortirent avec le type menotté qui grognant comme un bête. Et quelques secondes plus tard un médecin sortit avec Andrew du bar. J"accourus alors vers lui, inquiet, malgré que ma gorge me faisait mal.

Bon dieu... Andrew... Est ce que tu vas bien?

Le médecin prit soin de répondre à sa place en m'indiquant un bandage qu'il lui avait mit après les soins.

Nous nous sommes occupés de lui. Il lui faut un peu de repos...

Le médecin nous quitta et je portais tant bien que mal Andrew pour le soulever. J'étais soulagé qu'il soit hors de danger.

Quelques minutes plus tard, Joseph pmonta le bout de son nez. Sans aucune amitié dans ma voix je lui ordonna de nous conduire chez Andrew. Joseph demandant l'adresse au principal intéressé. Une fois sur place nous sortions tous les deux Andrew de la voiture et le conduisons à l'intérieur, prenant au passage ses clefs qu'il avait sur lui. Une fois dépose sur le canapé Joseph me demanda de le suivre dehors. Mais je resta là entre lui et Andrew. Mon garde du corps insista mais ma voix froide et autoritaire, malgré le mal que j'avais à parler, repris le dessus.

Je reste pour m"occuper de lui. IL m"a sauvé la vie je lui dois bien ça. Rendre et préviens ma famille que je reste ici le temps qu'il soit totalement guéri. Et pas de discussion c'est un ordre...
- Bien monsieur.. .

Joseph soupire une dernière fois et partit en refermant la porte. Quant à moi je pris une chaise et m'installa aux côtés du blessé. J'avais mal au coeur se le voir ainsi...
Code by Fremione.



Dernière édition par Raphaël Müller le Sam 16 Déc - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Lun 4 Déc - 18:17

Heureusement les secours et la police ne tardèrent pas. Le gars fut arrêté et Evan et moi on posa nos flingues et on expliqua la situation, son témoignage complétant le mien. Le type fut emmené et menottés tandis que des ambulanciers se précipitèrent vers moi. Heureuse la bale n’avait pas pénétré le muscle de plein nez. Elle avant frôlé, méchamment, ma cuisse sans aller se loger dans ma jambe. Pas d’opération pour moi du coup ! Le médecin insista pour que je sois amené à l’hôpital mais au même moment son collègue vint pour annoncer qu’il y avait une fille qui avait fait une crise de panique grave à cause des coups de feu. Je fis un geste comme quoi ça irait et que je rentrais chez moi. J’irais demain pour des tests si jamais. L’ambulancier me disait que si je n’avais pas trop mal ce n’était même pas nécessaire. Je le regardais sceptique. Je m’étais fait tirer dans la jambe quand même !

Je ne refusais pourtant pas l’appui qu’on me proposa pour sortir du bar. On me conseilla de me procurer des béquilles pour les prochains jours et j’approuvais l’idée. Une fois dehors je vis Raphaël accourir. Je soupirais de soulagement. Evan n’avait pas su me dire si Raph allait bien, il savait juste qu’un type correspondant à la description était venu le prévenir mais ce qu’il était devenu par après… Enfin au moins il était sauf. Je grognais juste à l’intention du médecin. Ce mec voulait vraiment pas que j’aille me faire soigner ou quoi ?! L’ambulancier fut appelé pour un autre gars qui avait reçu, je ne sais comment, des éclats de verres dans le bras. Ah bah bien sûr on m’abandonna pour aller s’occuper de simples bouts de verres. J’avais envie de hurler que j’avais mal et que je m’étais fait tirer mais ça n’aiderais en rien.

Tremblant je me laissais aller contre Raphaël alors qu’on avançait je ne sais où. Si on pouvait juste me laisser m’allonger ça m’irait très bien ! Pas besoin de me balader d’un coin à l’autre de la ville. Je grognais de douleur et de mécontentement quand son mec pointa le bout du nez. Non mais sérieux c’était qui lui ?!  Et ne me dites pas que c’est son garde du corps, sinon je hurle de rire ! Entre un amoureux et un incapable Raph était servi ! Je finis cependant par grogner mon adresse. Je voulais juste me coucher, ma jambe me lançait énormément.

J’essayais de ne pas me plaindre sur le chemin à mon appartement mais putain c’était compliqué ! Sans parler de l’ascenseur. Heureusement il marchait mais une fois dedans je n’attendis pas pour me laisser aller contre l’une des parois, laissant Raph et l’autre gars entre eux à celle d’en face. Putain mais pourquoi il nous suivait celui-là ? On finit par arriver à mon appart et je finis par atterrir sur mon canapé. Je n’attendis pas pour arranger un coussin et surélevé ma jambe. Je lâchais un tel gémissement de plaisir en me laissant aller en arrière. Putain ça faisait du bien. Je captais à peine la conversation entre lui et l’autre gars, trop focalisé sur ma circulation sanguine, et le sang pulsant dans ma jambe. Ca faisait du biiiieeeeen !

Ambulancier à la con qui ne voulait pas que je me fasse soigner. Je captais quand même le « monsieur » dans la réponse de l’autre type. Donc c’était bel et bien un employé. Du coup logiquement s’était son garde du corps. Raph ne pouvait pas vraiment sortir seul et en plus je le voyais mal sortir avec d’autres employés sans garde du corps. Eh bah mec t’avais bien merdé ce soir ! Enfin moi j’avais fait pire, j’avais brisé son cœur. Mais bon, il s’en sortait vivant non ? Je tirais la moue, la tristesse prenant le dessus sur la douleur.


« Tu n’es pas obligé de rester si tu ne veux pas… c’est déjà gentil de m’avoir ramené ! »



Ma voix était basse et légèrement triste mais résignée aussi. Je ne savais pas quoi dire au final. La situation était assez embarrassante et étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Lun 4 Déc - 19:45


Forgetting or forgiving

Raphaël Müller & Andrew O'Connel

Après que Joseph nous laisse, je referma la porte et la verrouilla. J'écouta alors ce que me dit Andrew, crispant mon poing et me retournant vers lui en levant les yeux au ciel. Son visage mimant la tristesse me faisait fondre le coeur. Si nous étions comme avant je me serai jeté dans ses bras... Mais à c'était différent.
Je posa mon regard sur lui, croisant les bras sur mon torse, puis passant ma main dans mes cheveux.

Crois-tu vraiment que si je ne voulais pas rester ici je serais toujours là Tu as toujours des problèmes de compréhensions à ce que je vois.


J'étais assez acerbe et froid dans mes mots mais il le fallait... Andrew m'avait blessé émotionnellement et pensait sûrement se débarrasser de moi sans que je dise un traite mot. Je soupirais longuement et reprit ma place auprès de lui. Malgré tous les cauchemars que j'avais fais depuis notre rupture, de tous ces moments où j'éclatais en sanglots en me remémorant des souvenirs de notre couple... Malgré tout ça, je restais auprès de lui, comme un vieil homme refusant de quitter son foyer.


Je regarda alors sa jambe qui avait l'air d'aller un peu mieux que précédemment. Au moins il ne pourra pas, du moins n'aurait pas la force, de me mettre dehors... Nous pouvions parler.


Tu veux que je t'apporte quelque chose? A boire, à manger? Ou y a-t-il quelqu'un que je puisse prévenir? Un de tes amis ou ton petit-ami...

Me rendant compte des mots qui s'étaient échappé de mes lèvres, je baissa la tête en jouant nerveusement avec mes doigts.

Désolé je n'aurais pas dû dire ça...


Au moins... Avec sa réponse... Je saurai ce qu'il en est de lui, de sa situation.

Code by Fremione.



Dernière édition par Raphaël Müller le Sam 16 Déc - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Mar 5 Déc - 12:38

Je ne levais pas le regard vers lui et pourtant j’imaginais bien ses mimiques. Je fermais les yeux, laissant aller ma tête en arrière. La soirée avait été rude. Et pas que pour le coup de feu. J’eu un petit sourire amusé mais teinté de tristesse.

« J’avais oublié à quel point tu étais têtu et avait de la répartie cinglante ! »

Ma voix était calme, j’essayais de calmer la douleur à ma jambe. Mon cul qu’il ne fallait pas que j’aille à l’hosto. Bon ok je dramatisais un peu, si raiment j’étais à l’article de la mort je crois que je réagirais avec plus de sérieux. C’était plus de la nostalgie en fait au final. Nos joutes verbales me manquaient, le fait de le fusiller du regard en silence tout en essayant de ne pas rire me manquait, le fait d’essayer d’avoir raison face à lui et le pousser à sortir des arguments de plus en plus farfelus pour voir le dernier mot. Je gardais les yeux fermés alors qu’il parlait de m’apporter des choses. Je tournais la tête vers lui, plantant mes yeux bleus sur lui et en haussant un sourcil. Moi avoir un petit ami ? Je continuais de le regarder sceptique avant de lâcher :

« Je veux bien des antidouleur qu’il y a dans la pharmacie dans la salle de bain, c’est par là, et si tu sais m’apporter un verre d’eau ce serait génial. Quant au petit ami, le seul que j’ai jamais eu est face à moi, alors y a pas vraiment besoin de le prévenir je pense. »

Un mois que je n’avais plus suivis de protocole et me voilà à faire de svanes à mon ancien patron et tout. Je souris doucement, essayant de cacher ma nervosité et lui demandais une fois qu’il était de retour avec tout ce que j’avais demandé :

« Et toi ? Personne qui va s’inquiéter de ne pas te voir rentrer ? »


Moi ? Masochiste ? totallement !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Mar 5 Déc - 13:50


Forgetting or forgiving

Raphaël Müller & Andrew O'Connel

J'esquissais un sourire en entendant ce qu'il me dit. En effet nos joutes verbales me manquaient beaucoup. Même si c'était sur de "provocation" nous partions dans des fous rires juste après, montrant bien que la situation n'était pas sérieuse.
Par la suite, il me déclina alors ce dont il avait besoin, tout en e signifiant que j'étais le seul qu'il n'est jamais eu dans sa vie amoureuse. Je partis alors dans sa salle de bain en quête des médicaments puis je le rejoint dans le salon de nouveau en lui rapportant au passage un verre d'eau. Je posais le tout sur la table basse à côté de lui et m'installa de nouveau sur la chaise à côté de lui. Andrew me demanda alors  si j'avais quelqu'un à prévenir, j'hochais négativement de la tête. Sa question était légitime mais elle me crevait le coeur.

- Non... Joseph préviendra ma soeur et mon père... Mais la seule personne à qui je voulais prévenir c'est toi...

Le silence reprenait place dans le salon et je ne fis que de regarder les yeux d'Andrew. Son regard si passionné et déterminé que j'aimais n'était plus là mais je sentais qu'il ne manquait qu'une étincelle pour que ce regard revienne. J'essayais de lui sourire, mais c'était dur. Je me tentais à des questions un peu  houleuses.

- Ça va ton nouveau travail? J'espère que ton nouveau patron... Te plait bien... Enfin je veux dire qu'il ne se comporte pas comme un tyran avec toi...


J'étais le pro en boulette... Bravo Müller... Mais j'attendais vraiment une réponse de sa part. Mais j'avais envie de changer, besoin de revenir sur de profondes raisons, des problèmes que nous faisions face.

- J'aimerais... Parler de ce dont nous n'avons pas pu parler. Des messages que tu as ignorés...
Code by Fremione.



Dernière édition par Raphaël Müller le Sam 16 Déc - 1:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Jeu 7 Déc - 21:00

Je me tourne vers la table basse alors que Raph a apporté les médicaments et le verre d’eau. Seigneur dieu des antidouleurs merci !!!! Je ne fis plus de remarque concernant ma réponse comme quoi il avait été le seul à prévenir si les choses avaient été différentes. Qu’il en pense ce qu’il veuille. J’avais mis un terme notre relation, j’étais celui à blâmer. Et pourtant je n’avais que voulu être réaliste. On n’aurait pas pu continuer de la sorte ni construire quelque chose de stable… Je lui retourne alors la question avant de prendre mon médicament. J’entends sa réponse alors que j’avale le cachet avec une gorgée d’eau.

Il me renvoyais ma réplique en quelques sortes. A la fois ça me touchais, mais d’un autre côté… Si j’avais gardé mes distances c’était pour éviter de retomber dans cette relation qui n’était pas assez bien, pour lui comme pour moi. Du coup je t’entais l’humour, répliquant sur un on doux, calme et légèrement moqueur.

« Tu veux dire… que je suis la seule personne que tu aurais voulu prévenir que je me sois fait tirer dessus et que tu vas passer la nuit chez moi… Un jolis paradoxe quand t’y penses ! »

Ca restait une gentille boutade. Le silence revint et je jouais nerveusement avec mon verre, buvant une gorgée pour m’occuper les mains. Je relevais le regard vers lui alors qu’il me parlait de mon patron, et le regardais comme s’il était cinglé. Pourquoi il me demandait si mon nouveau patron me plaisait ? Je venais de lui dire que je n’avais personne… Alors que je m’étais laissé aller contre les coussins du canapé, laissant mon médicament faire effet pour apaiser ma jambe. Je me raidis d’un coup quand sa demande fuse dans la pièce silencieuse. Je déglutis difficilement, la tristesse prenant le dessus. Fermant les yeux, je me passe une main sur le visage, la laissant reposer sur mes yeux. La soirée n’aura pas été de tout repos et je ne saurais même pas dire ce qui était le plus éreintant : Raphaël ou la fusillade.

« Raphaël... Malgré que ça n’ait pas été gentil, j’ai fait le bon choix. On ne pouvait pas continuer comme ça. Tu mérites mieux qu’une relation secrète et cachée, je mérite mieux. Tout le monde mérite mieux qu’une relation secrète. Et nous on ne pouvait juste pas continuer de la sorte … Ca a fait mal mais c’était nécessaire… »

Je déglutis encore une fois. Nécessaire mais douloureux. Je repris finalement d’une voix basse.

« Quant aux messages ignorés… ce qui est nécessaire n’est pas forcément agréable… Et c’était extrêmement douloureux de recevoir tes messages. Ce n’est pas un reproche… c’est juste une constatation. Te répondre aurait juste été masochiste de ma part… Désolé… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Ven 8 Déc - 8:25


Forgetting or forgiving

Raphaël Müller & Andrew O'Connel

Toujours ce bon vieux sens de l'humour qui lui donnait toujours autant de charme. Bien entendu je ne l'aurai pas appelé s'il c'était lui qui était blessé mais si j'étais dans la même situation qu'en ce moment, je l'aurai appelé pour le prévenir. Mais je ne répondis pas. Par la suite je l'écoutais mais à chaque fois qu'un de ses mots parvenaient à mon esprit, mon coeur se serrait et je me mordais l'intérieur de la joue pour m'empêcher de pleurer. Je le laissais parler durant ces grandes phrases qui avaient pour effet de me briser mon coeur déjà meurtri par notre rupture et le fait qu'il m'ignorait jusqu'à présent.

Donc tout ce temps tu m'as laissé croire que tu pourrais m'aimer? C'était du vent durant ces mois passés avec moi? C'était nécessaire? Bien entendu... C'est nécessaire de jeter un jouet une fois que l'on a finit de s'en servir et qu'après on déclare que cette relation en pouvait pas marcher.

J'étais très amer dans mes mots mais c'était ainsi. Malgré qu'il avait raison que la relation cachée ne pouvait perdurer dans le temps, je ne pouvais pas imaginer ma vie sans lui. Je crois que je l'ai toujours aimé c'est juste qu'au début je pensais que c'était un jeu... Un jeu de regard, d'attitude... Des sous-entendus sans importances mais au plus profond de moi je voulais être avec cet homme. Cependant ce dit-homme n'éprouvais sûrement plus rien pour moi avec le temps qui a passé depuis notre rupture. La petite voix de ma tête se manifesta de nouveau: il t'a laissé... Tu ne le mérites pas... Tout entre vous n'a été que mensonges... Petit bourge de pacotille...
Je sentais mes yeux s'humidifiaient et je baissais la tête crispant ma main sur mon jean.

Oui tu as raison... C'était bien nécessaire. Je ne vois même pas pourquoi je persiste à vouloir retrouver le mec que j'aime vu qu'il ne veut plus de moi dans sa vie... J'aurai juste aimé qu'il saches que je l'aime toujours et que je n'imagine pas ma vie sans lui...
Code by Fremione.



Dernière édition par Raphaël Müller le Sam 16 Déc - 1:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté Sam 9 Déc - 15:27

Les mots m’étaient venus difficilement. Je m’en voulais pour beaucoup de choses. Pour avoir commencé une relation qui n’aurait abouti à rien. J’avais été égoïste. J’avais savouré chaque moment volé avec lui, j’avais fermé les yeux. Je ne rouvris pas les yeux, détournant simplement la tête vers l’autre côté, faisant face au coussin du canapé alors qu’il parlait. Je serais le point, gardant toujours un bras au-dessus de mon visage. Pourquoi ne voulait-il pas comprendre ? Pourquoi se bornait-il à penser qu’il n’était qu’un jouet ? Pourquoi est-ce qu’il continuait de me planter un couteau dans le dos ?

J’avais envie de lui hurler dessus, de le secouer comme un pommier… mais ma jambe m’en empêchais. Quand il reprit la parole je n’étais toujours pas assez calme pour réagir correctement sans lui balancer des vacheries au visage. Et heureusement pour lui que je n’étais pas en état de réagir. Voilà qu’il se la jouait victime. Je serais les dents. Bien sûr que ça me touchait qu’il soit si peiné, bien sûr que je me sentais mal. Mais après la soirée passée le laïus : « moi pauvre petit » avait le don de me foutre en rage. A ces derniers mots s’en fut trop. Me retournant vivement je me redressais légèrement avant d’empoigner le verre et de le balancer en sa direction.

« BORDEL FERMES LA ! »

Le verre ne l’avait pas touché et avait explosé contre le mur derrière Raph. Moi j’étais toujours redressé, mes mouvements ayants comme conséquences un magnifique lancement dans ma jambe. Et pourtant je restais ainsi et le foudroyait du regard. Je sifflais à son égard, ne voulant pas gueuler.

« Vas y Raphaël, continues à planter le couteau dans la plaie encore et encore et encore ! »

Je le regardais droit dans les yeux essayant de garder mon calme mais les mots vinrent sans que je n’aie le temps de réfléchir.

« Continue à me sortit à quel point cette rupture t’as fait du mal vas-y, après tout pour moi c’était comme une promenade dans un parc un jour de soleil ! Continue à me dire que tu n’étais qu’un jouet pour moi et que je n’ai certainement aucun sentiment pour toi, bien sûr je m’emmerdais dans mon boulot c’est pour ça que j’ai commencé à te trouver mignon, drôle, vif d’esprits, adorable, charmant et que j’ai décidé de tomber amoureux de toi pour voir ce que ça fait ! »

Mes derniers mots étaient cachés alors que je m’emportais malgré moi vers la fin. Je déglutis avant de finir.

« Bien sur tu n’as absolument pas ta part de responsabilité dans l’histoire, non. Toi tout ce que tu fais c’est souffrir… wow ! Qu’elle vie horrible tu dois mener ! Et quel méchant je fais à ne pas me prosterner devant toi tellement ta douleur est plus signifiante que la mienne ! »

Mes mots étaient rudes. Vraiment froids. Mais je ne pouvais plus entendre ses reproches.

« Toi qui peut continuer à dîner avec tes parents et ta sœur, toi qui continue à aller à l’école, qui à toutes les chances de finir styliste, toi qui a un toit sur ta tête ! Qui suis-je pour le plaindre du fait que je n’ai plus de boulot ? Que mon père m’en veut à mort pour cette histoire, parce que oui, moi j’ai été honnête… Qui suis-je pour me plaindre alors que je ne savais pas comment je réussirais à payer ma nourriture, mes factures et le reste ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet ☆ Re: Forgetting or forgiving? [Andraël]   
le sujet à été posté

Revenir en haut Aller en bas
 
Forgetting or forgiving? [Andraël]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
People Always Leave ::  :: And last night you were in my room :: Saison deux :: Scènes-
Sauter vers: